Sekaiichi Hatsukoi

Sekaiichi Hatsukoi 1

Lassé d’entendre qu’il a été pistonné, Ritsu Onodera quitte la maison d’édition de ses parents pour se faire engager chez un autre éditeur, Marukawa Shoten. Malheureusement, il se retrouve affecté au département shôjo manga : or, il n’a ni intérêt, ni expérience en la matière ! Lui qui s’est juré de ne plus jamais tomber amoureux, le voilà qui doit gérer des séries dégoulinantes de romance. En plus, il doit supporter Masamune Takano, son rédacteur en chef arrogant et tyrannique… Jusqu’au jour où il découvre qu’il s’agit de son premier amour ! Panique à bord !

Ce rédacteur en chef talentueux et son responsable éditorial débutant au caractère bien trempé nous dépeignent le monde de l’édition avec un réalisme tel qu’ils feraient pâlir bien des professionnels du milieu !

Fiche série

Auteur : NAKAMURA Shungiku
Nombre de tomes : VF : 8 | VO : 11
Editeurs :

  • VF : Kazé / Asuka
  • VO : Kadokawa Shoten

Prépublication : Ciel

Genre

  • Homosexuel
  • Tranche de vie
  • Romance

Edition France

Avis

Sekaiichi Hatsukoi 3

Je me suis enfin laissée tenter par Sekaiichi Hatsukoi, depuis le temps que j’en entendais parler.

J’ai vraiment bien accroché à ce yaoi, j’ai vu les deux saisons de l’animé (qui m’a bien fait rire) et c’est pour cela que je me lance dans la version manga.

Naturellement il n’y a pas trop de surprise au niveau de l’histoire car l’animé est bien fidèle au manga mais la version papier contient des scènes érotiques en plus qui étaient censurées dans l’animé... C’est donc pour public averti.

J’ai bien apprécié la découverte de la maison d’édition Marukawa et son département shojo manga. L’état de la rédaction en début et fin de cycle d’un manga est surprenante. Au début du mois, c’est beau, propre, tout kawaï, le personnel (masculin évidemment) est souriant puis au fil des jours, cela se transforme d’une façon hallucinante...

On découvre les coulisses de la maison d’édition avec notamment les différents métiers (l’éditeur, le service commercial, les services des commandes...) et il y a même un petit lexique entre les chapitres pour expliquer des termes spécifiques aux éditions Marukawa.

On s’attache bien aux personnages et on comprend leurs sentiments. Takano est quand même très entreprenant vis à vis de Ritsu... Leur relation est vraiment trop drôle...

Il y a aussi des références à Junjo Romantica.

Le tome 3 contient aussi “Le cas de Shôta Kisa”, les aventures d’un éditeur très porté sur les beaux garçons et d’un libraire qui a tout du prince charmant !

J’ai hâte de lire le prochain tome !

Rédigé par Sylvie.