Comment ne pas t’aimer

Comment ne pas t'aimer 1

Ayumi Fujita rentre en première année à l’université de Shunzan à Yokohama. Elle emménage pour la première fois dans une pension après avoir quitté son foyer familial de Toyama. Les propriétaires de la résidence où elle séjourne s’occupent d’elle comme de leur vrai fils malheureusement disparu, et elle se lie rapidement d’amitié avec ses colocatrices Ikuko et Asami.

Elle rencontre alors Kazuyuki Narushima, un étudiant de deuxième année, qui la sauve alors qu’elle se noie dans une fontaine après une soirée trop arrosée.

Elle tombe de suite amoureuse de lui, mais c’est Hirai, le meilleur ami de Narushima, qui décide de jeter tout son dévolu sur elle, au grand dam d’Asami !

Avec ce manga paru dans le magazine Margaret au début des années 80, Masako Yoshi propose un titre proche de la vie quotidienne des lectrices et lecteurs. Son style tout en rondeur, sa narration pleine de joie nous rappellent que c’est souvent dans les petites choses de la vie que l’on aperçoit le bonheur.

Lire un extrait

Fiche série

Auteur : Masako Yoshi
Nombre de tomes : VF : 2 | VO : 3
Editeurs :

  • VF : Black Box Editions
  • VO : Shueisha

Prépublication : Margaret

Genre

  • Romance
  • Tranche de vie

Edition France

Avis

Comment ne pas t'aimer 2

Voici une agréable lecture avec ce shojo Comment ne pas t’aimer de Masako Yoshi. C’est aussi le deuxième titre de cette mangaka que j’ai lu et j’en suis vraiment satisfaite. Il s’agit aussi du premier titre édité par Black Box Editions.

Ce shojo en 2 volumes est une comédie romantique datant de 1983. L’histoire se déroule aussi à cette période et montre la société japonaise de l’époque, et plus spécialement, celle d’étudiants japonais des années 1980.

On y découvre le quotidien d’Ayumi, une étudiante japonaise de 18 ans qui a décidé de déménager pour ses études mais c’est surtout pour s’émanciper. On suit avec plaisir les tracas quotidiens des étudiants (l’absence d’argent notamment, les petits boulots...), leur vie à l’Université avec les cercles auxquels ils doivent appartenir…

Les personnages sont vraiment attachants même les secondaires. J’aime beaucoup Shigeo et son père que l’on voit beaucoup plus dans le tome 2.

Les traits de ses personnages sont plaisants et se distinguent des traits typiques des shojos actuels. On reconnaît le style des années 80, cela pourra paraître « vieillot » pour certains, mais personnellement, j’aime beaucoup.

Par contre, il y a quelques petits défauts dans l’édition car parfois les scans utilisés par l’éditeur ne sont pas parfaitement nets car ils ont dus être agrandis pour le format qui est plus grand que le format standard. Certaines phrases dans les bulles sont un peu floues mais cela ne gâche pas la lecture pour autant. Heureusement, ces défauts n’apparaissent plus dans les autres titres de l’éditeur.

A noter : Vous apprendrez aussi beaucoup de choses sur les râmens dans le tome 1. A la fin du tome 2, il y a un entretien avec Masako Yoshi qui est très intéressante.

C’est donc un bon shojo à découvrir. En tout cas, je suis devenue fan de la mangaka !

Rédigé par Sylvie.

Trailer du manga