Kingdom

Kingdomi 1


Dans la Chine de l’époque des Royaumes Combattants qui va du Ve siècle av. J.-C. jusqu’à l’unification des royaumes chinois par la dynastie Qin en 221 av. J.-C), on suit le jeune Shin dans son chemin vers l’accomplissement de son rêve : devenir un Grand Général. Shin est originaire de l’état de Qin, en proie à de nombreux soubresauts aussi bien à l’intérieur du royaume qu’à l’extérieur. À travers l’histoire de Shin, on suit aussi notamment l’histoire de Ei Sei, l’homme qui sera par la suite connu sous le nom de Qin Shi Huang, unificateur de la Chine.

Fiche série

Auteur : HARA Yasuhisa
Nombre de tomes : VF : 6 | VO : 51
Editeurs :

  • VF : Meian
  • VO : Shûeisha

Prépublication : Young Jump

Genre

  • Action
  • Historique

Edition France

Avis

Kingdom

Kingdom est l’un des titres les plus attendus en France et l’annonce de sa licence a fait plaisir à toute une communauté qui l’attendait avec impatience. Aimant beaucoup les mangas historiques, le synopsis de ce titre a immédiatement attiré mon attention. Ne lisant pas les scans, je découvre cette épopée avec le manga publié par les éditions Meian.

Ce seinen nous projette en Chine lors de la période des royaumes combattants, quand elle était encore divisée en sept royaumes : Qin, Zhao, Han, Wei, Chu, Yan et Qi. L’histoire commence dans l’Etat de Qin en 245 av. J.C. Deux jeunes orphelins de guerre, Shin et Hyou, rêvent chacun de devenir de puissants généraux. Ils s’entraînent chaque jour au combat pour devenir plus forts et ainsi espérer sortir de leur basse condition. Ils vivent comme des esclaves chez le chef du hameau. Un jour, Hyou est repéré par un noble siégeant au Palais royal qui lui propose de l’emmener. Les deux amis seront séparés mais ils se promettent de se retrouver. Or, un mois plus tard, Hyou revient en étant mortellement blessé mais il parvient néanmoins à transmettre un message à Shin. Celui-ci décide de venger son ami et veut savoir ce qui s’est passé. Il prend la route et rencontre Ei Sei, le jeune Roi de Qin, qui a dû fuir son palais face à un coup d’état et c’est cela qui a causé la mort de Hyou. Shin est d’abord enragé lorsqu’il découvre la vérité mais il va accepter d’aider le roi en mémoire de son ami. Etant poursuivis, ils vont braver de multiples dangers et vont devoir chercher des soutiens extérieurs. Leur route croise celle du jeune Karyo Ten, un enfant issu d’une tribu des montagnes qui va leur servir de guide. L’épopée épique commence...

En seulement deux tomes, de nombreux rebondissements ont déjà eu lieu, le lecteur retient son souffle à plusieurs reprises. Il y a beaucoup de scènes auxquelles on ne s’attend pas. Nous découvrons également le contexte historique de cette période de la Chine car Ei Sei est surtout connu sous le nom de Qin Shi Huang, l’unificateur de la Chine. Nous allons donc les voir évoluer et grandir. Shin veut devenir un grand général tandis que Ei Sei veut reprendre le pouvoir.

L’univers de Kingdom est très riche, cela promet de longues heures de lectures passionnantes, et nous ne voyons vraiment pas le temps passer car l’histoire est tout simplement captivante. Les personnages sont charismatiques. Shin est impulsif, il fonce dans le tas avant de réfléchir, il n’a aucun respect pour le titre de roi qu’il tutoie, ce qui amènent souvent des scènes comiques. Ei Sei est très intelligent et semble impassible. Leur duo est atypique mais ils vont devoir se supporter et s’allier.

Les scènes de combats sont époustouflantes, les intrigues autour du coup d’état sont bien menées, c’est très bien rythmé, on ne s’ennuie pas une seule minute. Il y a aussi un peu d’humour qui permet de faire baisser la tension notamment grâce à Karyo Ten.

J’aime beaucoup le style graphique, les planches sont bien détaillées (Les paysages, l'architecture, les armures, etc...).

L’édition est de belle qualité. Le titre doré est en relief et le "o" de Kingdom est représenté par un dragon. Une illustration en couleur est présente au début de chaque tome. Dans le tome 2, il y a aussi une présentation des personnages, ce qui va être très utile par la suite.

La traduction de Rémi Buquet est vraiment excellente, il a certainement dû effectuer quelques recherches historiques sur la Chine de la période des royaumes combattants et cela se ressent bien au fil de la lecture. Il m’a donné envie d’en apprendre davantage sur l’histoire de la Chine.

Pour information, l’éditeur Meian propose un système d’abonnement sur le site Anime Store. Les tomes seront aussi disponibles en librairie chaque mois (mais il seront un peu plus chers que l’abonnement). C’est vraiment une bonne idée, cela permet aux lecteurs de ne pas attendre longtemps avant de lire la suite surtout si chaque tome se termine avec des cliffhangers comme c’est déjà le cas pour les tomes 1 et 2. 

Même si le nombre de tomes publiés actuellement au Japon peut refroidir (51 tomes toujours en cours...), il ne faut vraiment pas passer à côté de ce chef d’oeuvre. Je ne m’attendais pas à être autant emportée par cette histoire. C’est un méga grand coup de cœur dès les deux premiers tomes. Et croyez-moi, cela n’arrive pas tous les jours ! Kingdom est d’ores et déjà dans ma liste des mangas incontournables. Un énorme merci aux éditions Meian pour avoir pris le risque d’éditer cette licence en France.

Plongez-vous dans Kingdom, vous ne le regretterez pas !

Coup de coeur de septembre 2018.

Rédigé par Sylvie. | Fiche réalisée grâce au service presse de Meian. Mis en ligne le 1er septembre 2018.

Les tomes de Kingdom

Découvrez mes avis sur chaque tome sur le blog dans une rubrique dédiée à ce seinen : Kingdom

Vous pouvez aussi les lire en cliquant sur chaque couverture ci-dessous.

Kingdom
Kingdom
Kingdom
Kingdom
Kingdom
Kingdom

Trailer du manga