ES Eternal Sabbath

ES Eternal Sabbath 1


Je suis un hacker. Mais c’est dans le cerveau des gens que je suis capable de m’introduire en un instant. Je lis les données qu’il contient, je modifie sa programmation et je l’adapte à ma convenance. Je peux me faire passer pour qui je veux aux yeux de n’importe qui, même un proche ou une personne décédée.

Dès qu’un problème apparaît, je me déconnecte, et tout repart à zéro. Alors, je redeviens un total inconnu pour eux...

Je n’ai pas de nom. Aucun ne semble fait pour moi. Si j’osais... oui, appelez-moi ES.

Fiche série

Auteur : SORYÔ Fuyumi
Nombre de tomes : VF : 8 | VO : 8
Editeurs :

  • VF : Glénat
  • VO : Kôdansha

Prépublication : Morning

Genre

  • Suspense
  • Fantastique

Edition France

Avis

ES Eternal Sabbath 8

Bonne surprise avec ce seinen de Soryo Fuyumi (Cesare, Mars). Certes, c’est un peu complexe au début avec les diverses explications scientifiques dans le tome 1 mais les 7 tomes suivants tiennent en haleine le lecteur avec un suspense vraiment bien ficelé.

On a envie d’en savoir plus sur Shuro (Ryôsuke Akiba). Il peut s’introduire dans la conscience des gens et peut altérer leur mémoire et se faire passer pour quelqu’un d’autre. Il est froid mais il ne semble pas méchant pour autant... Mine Kujo est membre d’un centre de recherche d’une Université, elle mène des recherches sur le cerveau. Evidemment elle sera amenée à rencontrer un certain Ryôsuke Akiba qui l’intrigue beaucoup... Les relations entre les personnages évoluent bien.

Le scénario nous plonge dans plusieurs drames successifs (des morts inexpliquées, une enfant battue...) et la poursuite d’Isaac, le frère de Shuro, n’est pas de tout repos... puisqu’il sème la mort partout derrière lui. Il se lie quand même d’amitié avec une petite fille...

On en apprend beaucoup sur la création de Shuro ("l’être parfait") et d’Isaac.

L’histoire se bonifie vraiment au fil des tomes même si l’on devine assez rapidement qu’elle risque de ne pas heureuse.

Graphiquement, on reconnait bien le style de Soryo Fuyumi, c’est toujours aussi plaisant.

Si vous aimez les thrillers psychologiques, ce seinen est fait pour vous !

Rédigé par Sylvie.