Arte

Arte 1

Florence, début du 16e siècle.

Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville…

Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

Lire un extrait

Fiche série

Auteur : OHKUBO Kei
Nombre de tomes : VF : 6 | VO : 6
Editeurs :

  • VF : Komikku
  • VO : Tokuma Shoten

Prépublication : Gekkan Comic Zenon

Genre

  • Historique
  • Tranche d vie

Edition France

Avis

Arte 4

Voici une excellente découverte avec ce seinen historique et artistique.

L’histoire se déroule en Italie, à Florence, à l’époque de la Renaissance. Arte, une jeune fille aristocrate passionnée par le dessin, refuse la vie qui lui est déjà tracée comme c’est le cas pour toutes les jeunes filles de son âge et de son milieu. Elles doivent impérativement faire un bon mariage, avoir des enfants et s’occuper d’une maison. Or, ceci ne convient absolument pas à Arte qui souhaite devenir artiste, et subvenir à ses besoins par elle-même. Elle cherchera un atelier afin de devenir apprentie, or ceci est réservé exclusivement aux hommes et elle se fait donc rejeter à chaque fois. Mais sa persévérance et son enthousiasme réussiront quand même à lui ouvrir une porte mais cela ne sera pas facile…

Les personnages sont vraiment passionnants, on s’attache immédiatement à Arte bien sûr, elle est tellement passionnée tout en étant un peu naïve sur certains points, qu’on ne peut que l’encourager. Son maître Léo a aussi une personnalité intéressante, il a mauvais caractère et accueille d’abord Arte avec réticence, mais finalement il reconnait ses qualités artistiques… Naturellement à force d’être au côté de son maître, Arte commence à développer un sentiment qui lui était inconnu jusque-là…

Cette lecture est très instructive car on en apprend beaucoup sur les ateliers d’artistes, sur la vie quotidienne des apprentis et assistants, sur l’étude de l’anatomie du corps humain lors des autopsies et surtout sur la place des femmes dans la société à cette époque…

Les graphismes sont vraiment très soignés, que ce soit les paysages, les décors des rues et des ateliers, les vêtements, etc…

On voit que la mangaka a dû faire des recherches pour se documenter sur le sujet et le résultat est vraiment remarquable. C’est vraiment un régal pour les yeux, au même titre qu’un Bride Stories ou qu’un Cesare.

Décidément l’éditeur Komikku réussit à dénicher des licences qui sortent vraiment de l’ordinaire et qui se révèlent être des petits bijoux absolument indispensables en mangathèque (A Ancient Magus Bride, Le maître des livres, Le chef de Nobunaga, Le berceau des mers, Les fleurs du passé…)

Je ne peux que vous conseiller cette lecture !

Rédigé par Sylvie.