Please Love Me !

Please Love Me ! 1

Michiko se retrouve, à 29 ans, dans une situation bien délicate. Sa société vient de faire faillite et c’est sans le moindre revenu qu’elle continue d’entretenir son jeune amant encore étudiant. C’est dans cette situation complètement désespérée qu’elle va rencontrer par hasard Kurosawa, son ancien chef qu’elle détestait plus que tout.

Ces retrouvailles pourraient bien bouleverser le cours de sa vie…

Lire un extrait

Fiche série

Auteur : NAKAHARA Aya
Nombre de tomes : VF : 8 | VO : 10 (Terminé) 
Editeurs : 
  • VF : Delcourt 
  • VO : Shûeisha
Prépublication : Gekkan You

Genre

  • Romance
  • Tranche de vie

Edition France

Avis

Please Love Me ! 7

Très bonne surprise avec ce josei ! Je l’ai dévoré. Les personnages sont intéressants et surtout ce ne sont pas des ados mais des adultes.

Michiko a 30 ans, elle est totalement insouciante et se fait mener par le bout du nez par un jeune étudiant, Junta, qu’elle entretient. Pourtant elle n’a pas de travail, ne mange que du choux, ne parvient pas à payer son loyer et malgré tout le peu d’argent qu’elle possède, elle le lui donne ou elle lui fait des cadeaux... elle va même jusqu’à s’endetter pour lui et même se mettre en danger... !

Elle va rencontrer par hasard son ancien chef, Kurosawa, qui finalement va l’aider, (l’engueuler à plusieurs reprises) et surtout lui donner un travail. On découvre rapidement le passé de Kurosawa ainsi que sa vie personnelle.

On s’attache rapidement aux personnages même si Michiko est trop crédule, mais sa vie va changer grâce à Kurosawa. Leur relation est très drôle, il l’a tellement traumatisée dans son ancien travail car il était tyrannique et désormais il n’arrête de l’engueuler pour qu’elle arrête de se faire pigeonner !

Graphiquement, les traits sont fins et délicats. J’adore les expressions de Kurosawa, qu’il soit en colère ou qu’il sourit... car dans les deux cas, il ferait presque peur (hi hi hi...).

L’humour est bien présent et c’est une bonne bouffée d’air frais !

C’est un josei drôle que je ne peux que vous conseiller. En plus, c’est un manga de Aya Nakahara à qui nous devons Lovely Complex, un shojo que j’avais adoré tellement il était drôle, c’est une raison supplémentaire pour se laisser tenter. Vivement la suite !

Rédigé par Sylvie. Mise à jour 19 mars 2017.